La chauve-souris, le pangolin et les deux couronnes –


Sur les terres étendues du royaume jovien,
Se tenaient disposés tous les servants du roi.
Accommodés au fait de survivre sans joie,
De ne valoir guère plus que fantômes ou vauriens,


Ils craignaient la couronne
Comme on craint sa daronne.


Le peuple s’affairait sans aucune amertume.
Soumis, discipliné, en tout point contrôlé,
Il supportait, pour sûr, l’extinction assurée
Des espèces menacées, et de tous l’infortune,


Car…
Il craignait le tonnerre
Comme on craint son pater !


Toute terreur était en fait bien surprenante,
Car les sujets se prosternaient tout bêtement
Devant la gélinotte à crête décadente,
Dont la couronne n’eut de poids que ses diamants.


Per Jovem !
Sire Jupin n’était…
Qu’un simple coquelet !


Dans toutes les officines de son empire
Des sages éclipsés jouaient l’apprenti sorcier.
Faux astres du meilleur, satellites du pire,
Ils créaient des erreurs, empochaient les brevets.


Mais,
Si Io corrompt la Lune,
Aucune n’est immune !


Au sein d’un laboratoire de basse-cour
Maitre-queue commanditait des expériences,
Clonant son crêtillon, pour ne céder sa tour
Qu’au contretype épousant la même déviance.


Ô
Miroir de ton néant
A covid tu prétends !


Face à la horde d’accablants guerriers serviles
Une chauve-souris à l’ire incontrôlable
Illustra le désir des révoltes pamphiles
De valets qui sollicitent un droit opposable,


Et,
Dans un savant breuvage,
Elle vit cure au carnage.


Par cris et postillons, le mollard du vampire
Parvint à altérer l’illustre solution.
Dans l’abjecte éprouvette du satané empire
Commençaient à se faire sentir… les ultrasons.


Tzzzziiit
Radicale fréquence
Des démons de défiance.


Quelques essais plus tard, et comme la potion
N’était ni assez curare ni assez sarin
Ce fut au pangolin d’y ajouter soupçons
De mouchure et chagrin gouttant de son tarin.


Mais,
D’une morve de peine
Germe parfois la graine.


Du puits empoisonné naissait une cocatrice.
Vipère s’il en est, antidote à coup sûr,
La créature virophage et prédatrice
Bondit du bouillon pour sitôt flanquer morsures.


Ainsi,
La chimère t’écoute,
Beau compagnon de route !


Le roi gallinacé se trouva déconfit,
Quand malgré les très indigestes barrières,
Un unique regard de Corona suffit,
A transformer tous ses lauriers en ossuaire.


« Hey !
Précise Pangolin :


Je suis ce que je suis
Grâce
À ce que nous sommes tous !
Si tu m’anéantis,
Las,
J’agis pour que tu tousses !

J.DLF. Aux adeptes du libre et de la faune sauvage
Fables, livre treizième
Bibliothèque Nationale des Faussaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s